l’industrie du jeu vidéo décale ses annonces, en soutien à Black Lives Matter

l’industrie du jeu vidéo décale ses annonces, en soutien à Black Lives Matter


Image promotionnelle qui annonçait la conférence de Sony, prévue le 4 juin, à propos de la PlayStation 5.

Sony a annoncé, lundi 1er juin, le report d’une conférence PlayStation programmée le 4 juin, durant laquelle le constructeur devait donner des informations et présenter les jeux de sa future console : la PlayStation 5, dont la sortie est prévue pour la fin 2020.

« Bien que nous comprenions que vous êtes impatients de voir les jeux PS5, nous pensons que ce n’est pas le bon moment pour ça. Pour l’instant, nous prenons du recul pour permettre à des voix plus importantes d’être entendues », a expliqué l’entreprise dans un communiqué – publié après un premier message dénonçant le « racisme systémique et la violence qui touchent la communauté noire », assorti du mot-clé #BlackLivesMatter.

Le géant du jeu vidéo est loin d’être le seul à avoir décalé une conférence ou un lancement de produit, en raison du climat particulièrement tendu aux Etats-Unis. Les manifestations contre les violences policières et le racisme se déroulent désormais quotidiennement dans la quasi-totalité des grandes villes après la mort de George Floyd, le 25 mai.

Lire aussi L’autopsie officielle de George Floyd conclut à une mort « par homicide » à cause de la « pression exercée sur son cou »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Respectez notre existence ou attendez-vous à notre résistance » : dans les manifestations aux Etats-Unis, la rage d’une foule aussi blanche que noire

« Call of Duty » et « Madden » reportés

Si Google a aussi ajourné le lancement de la nouvelle version du système d’exploitation Android, qui était prévue mercredi 3 juin, les reports concernent pour le moment surtout des éditeurs de jeux vidéo. Leurs messages prennent la plupart du temps position pour soutenir les mobilisations en cours.

Electronic Arts a ainsi différé le lancement de Madden 21, la nouvelle version de sa simulation de football américain. Dans un communiqué, l’éditeur dit « se tenir aux côtés de la communauté afro-américaine » et affirme se « concentrer sur ce qu[’il peut] faire pour aider à changer les traitements injustes et les discriminations qui empoisonnent [les Etats-Unis] et le monde ». Il y a deux ans, l’éditeur avait présenté ses excuses, lorsque des joueurs avaient remarqué que le nom de Colin Kaepernick, joueur de football américain et militant de la lutte contre le racisme aux Etats-Unis, avait été censuré d’un morceau figurant sur la bande-son du jeu. A l’époque, Electronic Arts avait expliqué qu’il s’agissait d’une erreur et avait restauré le fichier non censuré.

Activision, l’éditeur de Call of Duty, a également reporté le lancement de la nouvelle saison de ses jeux de tir en ligne. « En ce moment, c’est à celles et ceux qui se mobilisent pour l’égalité, la justice et le changement d’être vus et entendus », écrit l’éditeur.

Ces messages ont, sans surprise, été accueillis tant par des louanges que par de vives critiques. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes leur répondent avec un mème récent, qui moque, en texte blanc sur fond noir, les nombreux messages de solidarité publiés par tous types d’entreprises aux Etats-Unis et dans le monde : elles sont accusées de tentative de récupération.

Le Monde





Lien de l’article original

Laisser un commentaire