les processeurs Intel de 12e génération sont là

les processeurs Intel de 12e génération sont là


ALDER LAKE. Intel lance officiellement ses processeurs de 12e génération, dite Alder Lake. Six modèles modèles hautes performances inaugurent cette série dotée d’une nouvelle architecture.

Le 27 octobre, après des mois de rumeurs, de spéculations et de fuites savamment entretenues, Intel a officiellement présenté ses premiers processeurs Core de 12e génération, dite Alder Lake. Une étape importante pour le géant du secteur qui a vu son éternel concurrent AMD monter en puissance et gagner des parts de marché ces dernières années avec sa redoutable gamme Ryzen, mais qui doit aussi désormais compter avec Apple et ses surprenantes puces M1 aux performances inédites. Le tout dans un contexte économique tendu, avec notamment la pénurie de composants électroniques qui frappe plusieurs secteurs industriels dans le monde entier (voir notre article). Autant dire que, même si elle peut compter sur l’appui de Microsoft, son fidèle allié dans l’univers du PC, l’entreprise américaine joue gros.

Quels sont les premiers modèles de processeurs Alder Lake ? 

Concrètement, Intel a dévoilé six modèles de Core de 12e génération pour PC de bureau : par ordre de puissance décroissante, les Core i9-12900K, Core i7-12700K et Core i5-12600K , qui intègrent tous les trois un module graphique (iGPU), en l’occurrence, le tout nouveau Intel UHD Graphics 770, et leurs déclinaisons KF dépourvues de circuit graphique, les Core i9-12900KF, Core i7-12700KF et Core i5-12600KF (consultez notre article pour tout savoir sur le classement et les références des processeurs Intel).  Bien évidemment, d’autres modèles suivront dans les prochains mois, aussi bien pour PC fixes que pour ordinateurs portables et ultraportables, dans des déclinaisons plus économes en énergie. Au total, ce sont 60 modèles de douzième génération qu’Intel a prévu pour renouveler complètement sa famille Core.

Comme l’indique le tableau ci-dessous, ces six processeurs se distinguent par plusieurs caractéristiques techniques, notamment leur nombre de cœurs, leur mémoire cache, leurs fréquences de fonctionnement (nominale et maximale)  et leur »enveloppe thermique », une donnée intimement liée à leur consommation électrique. Les modèles les plus puissants, dans tous les sens du terme, les Core i9-12900K et Core i9-12900KF possèdent ainsi 16 cœurs – 8 hautes performances et 8 faible consommation, voir plus bas – capables de gérer 24 threads en parallèle alors que les Core i5-12600K et Core i5-12600KF, plus modestes, se contentent de 10 cœurs – 6 hautes performances et 4 faible consommation – pour un total de 16 threads. À noter, Intel a débloqué d’emblée le « verrou de fréquence » de ces nouveaux Core, ce qui permet de les faire fonctionner à des cadences plus élevées que celles préconisées en standard : une fonction qui intéressera surtout les amateurs d’overclocking, qui pourront ainsi pousser ces puces dans leurs derniers retranchements et pour gagner en performances à condition, évidemment, de les munir des dispositifs de refroidissement adaptés. Pour le reste, tous possèdent les mêmes caractéristiques, qui sont spécifiques à la nouvelle architecture Intel : Alder Lake. 

© Intel

Quelles sont les nouveautés de l’architecture Alder Lake ?

De fait, au-delà de leurs références un brin alambiquées pour les non initiés, ce qui distingue ces processeurs de 12e génération de leurs prédécesseurs, c’est précisément leur architecture. Autrement dit, la combinaison de technologies et d’organisation des éléments internes qui détermine une puce. Dans le cas d’Alder Lake, la grande nouveauté, c’est l’adoption d’une structure de type big.LITTLE qui combine des cœurs hautes performances et haute consommation – appelés Golden Cove ou P-Cores – et des cœurs moins puissants à basse consommation – appelés Gracemont ou E-Cores.  Une architecture hybride, inspirée par celle d’ARM, qui est largement utilisée dans les puces – les SoC – pour mobiles de Qualcomm et de Mediatek, mais aussi par Apple dans ses M1, M1 Pro et M1 Max.  L’idée est en effet de mixer des cœurs puissants pour les tâches réclamant de lourds calculs et des cœurs plus modestes pour traiter des tâches moins lourdes tout en économisant l’énergie. Dans Alder Lake, la répartition des tâches entre ces différents cœurs est organisée par le Thread Director, un contrôleur qui fonctionne en étroite association avec le système d’exploitation, Intel ayant travaillé avec Microsoft pour optimiser cette technologie avec Windows 11. Le principe est simple : il consiste à analyser en permanence les tâches en cours et à envoyer un rapport au système d’exploitation pour orienter en temps réel les flux de données vers les cœurs P ou E.

© Intel
© Intel

Comme il se doit, cette nouvelle génération de processeurs utilise un nouveau support – un socket, dans le jargon – de type LGA1700, bien évidemment incompatible avec le format utilisé sur les puces existantes. Pour utiliser ces Core de 12e génération dans un PC, il faudra doc acquérir une carte mère adaptée. Bien entendu, qui dit nouvelle génération de processeurs et nouveau support dit aussi nouveau chipset – l’ensemble de circuits installés sur la carte mère qui gère toutes les fonctions de base. Pour l’heure, Intel s’est contenté de dévoiler uniquement le Z690 – d’autres suivront –, un modèle assez haut de gamme qui compl!te la panoplie des nouveaux Core avec de nombreuses technologies comme le Wi-Fi 6E, l’USB 3.2 Gen 2×2 à 20 Gbit/s, le bus PCIe 5.0 ou encore l’Ethernet à 2,5 Gbit/s. Surtout, Alder Lake et les chipsets adaptés gèrent la DDR5, cette fameuse – mais coûteuse… – mémoire vive ultra rapide qui devrait ) terme succéder à la classique DDR4 utilisée actuellement. Toutefois, comme la DDR5 est encore très rare, le chipset Z690 acceptera aussi la DDR4. Les bidouilleurs avertis pourront toutefois s’en donner à cœur joie puisqu’ils pourront utiliser les profils XMP 3.0 qui permettent d’optimiser les réglages de la mémoire selon des profils testés par les fabricants de Ram, mais également en personnaliser finement certains, pour gagner en performances. 

Notons enfin que ces premiers processeurs Core de 12e génération sont gravés en technologie 10 nm, selon un procédé baptisé Intel 7. Un procédé optimisé,, mais qui reste encore loin de la gravure en 7 nm utilisée sur les meilleurs Ryzen AMD – ceux avec l’architecture Zen 3 – et des 5 nm des puces M1 Apple, fabriquées par le géant TSMC qui reste le pionnier dans ces technologies sophistiquées. 



Lien de l’article original

Laisser un commentaire