le design ne fait pas tout

le design ne fait pas tout


Avec ses Ear (stick), la jeune marque Nothing propose de nouveaux écouteurs sans fil qui viennent chasser sur le terrain des AirPods 3 d’Apple. Mais si le design est réussi, le son n’est pas à la hauteur des promesses et de la concurrence.

Malgré ses deux petites années d’existence, Nothing ne manque pas d’ambition. La jeune marque londonienne, qui mise énormément sur le design et sur le buzz, s’est d’abord fait remarquer par son premier produit, les écouteurs sans fil Ear (1) – dits True Wireless –, avant d’affoler les geeks il y a quelques mois avec son Phone (1), un smartphone censé révolutionner le secteur (voir notre test complet) en changeant les codes. Et pour continuer sur cette lancée, elle continue à étoffer – lentement – son catalogue avec les Nothing Ear (stick), de nouveaux écouteurs sans fil qui visent à concurrencer les AirPods Apple et d’autres stars du mqarché.

Nothing Ear (stick) : des écouteurs sans fil peu intrusifs

En pratique, les Ear (stick)ne sont pas destinés à remplacer les Ear (1) lancés en 2021. De fait, il s’agit cette fois d’écouteurs semi intra-auriculaires, contrairement à leurs aînés intra-auriculaires. Comprenez qu’ils ne disposent pas d’embouts de silicone pour s’insérer dans le conduit auditif et, du coup, n’offrent pas une isolation phonique aussi importante. Un style d’écouteurs bien adapté aux personnes qui ne supportent pas le côté intrusif des modèles intra-auriculaires, la sensation d’avoir le conduit auditif obstrué n’étant pas toujours agréable. À la clé, un certain confort mais en contrepartie une perte de qualité audio. Le son n’étant pas directement envoyé dans le conduit auditif, les bruits environnants peuvent s’inviter assez facilement et perturber l’écoute. Et, puisque le conduit auditif n’est pas isolé, les écouteurs n’embarquent pas de système de réduction de bruit actif. Cela n’empêche pas, en général, de profiter d’un bon son, à condition que l’isolation passive soit efficace. Une condition qu’il est parfois difficile de respecter.

© Nothing

Nothing Ear (stick) : un design soigné

Nothing signe depuis ses débuts des produits au design original et immédiatement identifiable. Ses premiers écouteurs Ear (1) comme son smartphone Phone (1) adoptent un style propre à la marque, tout en transparence. Les Ear (stick) ne dérogent pas à la règle. Nothing propose des écouteurs mêlant transparence et sobriété avec leurs tiges en plastique translucide laissant deviner une partie de l’électronique. La coque renfermant le transducteur se compose de son côté d’un plastique blanc mat élégant accompagné d’une fine grille d’aluminium pour laisser passer le son. Sur chaque écouteur, un point de couleur (rouge à droite, blanc à gauche) permet d’identifier rapidement dans quelle oreille les placer.

© Nothing

C’est globalement réussi et la marque arrive une fois de plus à se démarquer sur ce terrain. Mais elle a poussé le bouchon plus loin avec le boîtier de recharge. Nothing avait profité, il y a quelques semaines de la Fashion Week de Londres pour dévoiler brièvement ces nouveaux écouteurs et l’on comprend pourquoi. Le boîtier arbore une forme cylindrique, comme un gros bâton (stick en anglais) de rouge à lèvres. Transparent également, il peut s’ouvrir et se refermer d’une main en faisant pivoter le couvercle. C’est là aussi une réussite sur la plan esthétique et pratique.

© Nothing

Nothing Ear (stick) : le confort au détriment du son

Une fois placés dans les oreilles, les Ear (stick) se révèlent vraiment confortables. Très légers (ils ne pèsent que 4,4 g), ils se font très rapidement oublier. Par ailleurs, ils demeurent en place même pendant des activités physiques. Évidemment, ce confort dépend de la taille de vos oreilles. Mais nous les avons testés sur trois personnes différentes aux morphologies éloignées et le constat est resté le même : ça tient et c’est agréable.

Un bon point donc mais qui peine à masquer une contrepartie gênante. Malgré les efforts de Nothing la qualité audio se montre juste passable. Les Ear (stick) embarquent des drivers (les mini haut-parleurs) de 12,6 mm. Un beau volume qui devrait leur permettre d’envoyer du son sans trop le dénaturer. Las, ce n’est pas suffisant. Il faut bien souvent monter (beaucoup) le volume pour récupérer l’ensemble des fréquences, et encore. Les basses prennent la fuite. À moins de plaquer ses mains sur les écouteurs, difficile d’en profiter réellement. Et l’algorithme Bass Lock développé par Nothing pour justement compenser ce phénomène n’y change rien. Du coup, la musique se transforme parfois en bouille. Médiums et aigus peinent à se départager. Si le résultat reste correct avec de la musique électro où les basses sont généralement omniprésentes, l’écoute devient très difficile avec les titres plus rock mêlant guitares, synthés et voix. Ça en est presque désagréable. Rajoutez à cela une écoute dans un environnement bruyant et là, les Ear (stick) ne peuvent plus rien pour vos oreilles. Même en tentant d’ajuster l’égaliseur 3 bandes niché dans l’application (disponible sur Android uniquement pour le moment). Le son est vraiment trop déséquilibré. Dommage.

Quant aux appels téléphoniques, ce n’est pas non plus la panacée. Le format ouvert des Ear (stick) est là encore en cause. Malgré les trois micros présents sur les écouteurs et l’algorithme d’atténuation des sons ambiants développé par Nothing, on peine à entendre et à se faire entendre. La voix est un peu trop étouffée pour notre interlocuteur quand, de notre côté, il vaut mieux, une fois encore, appuyer sur l’écouteur niché dans l’oreille pour entendre convenablement ce qui se dit.

Nothing Ear (stick) : une autonomie très satisfaisante

Le format ouvert des écouteurs sans fil semi intra-auriculaires a au moins une qualité. Comme ils ne bénéficient pas d’un système de réduction de bruit active – assez gourmand en énergie –, ils peuvent afficher une autonomie plus conséquente. C’est le cas des Ear (stick). La marque annonce ainsi 7 heures d’autonomie. Nous avons pu confirmer ses dires. Le boîtier, de son côté, autorise trois recharges complètes. Comptez deux bonnes heures pour refaire le plein des écouteurs de 0 à 100 %  (environ 10 mn de charge permettent de récupérer deux heures d’autonomie). Enfin, il faudra forcément passer par un câble USB-C pour procéder à la recharge, a forme cylindrique du boîtier ne lui permettant pas de proposer la recharge sans fil.

Nothing Ear (stick) : un prix trop élevé

Les Nothing Ear (1) avaient réussi à séduire les amateurs éclairés. Avec une réduction de bruit active plutôt satisfaisante et un son très correct, ces écouteurs intra-auriculaire affichaient un prix sous la barre des 100 euros à leur lancement. Ils viennent malheureusement subir une augmentation – et pas des moindres ! – pour atteindre 149 euros – même si on les trouve encore assez facilement à leur prix d’origine dans certaines boutiques en ligne –, ce qui les rend beaucoup moins attractifs sur un marché où la concurrence est féroce. 

Pour les Ear (stick), Nothing a calé le tarif à 119 euros. Si la qualité audio était bel et bien au rendez-vous, le prix serait acceptable. Mais ce n’est pas le cas. Et une mise à jour logicielle aura bien du mal à corriger les défauts rencontrés. Pour tous ceux qui peinent à supporter les écouteurs intra-auriculaires et préfèrent s’orienter vers ce type de modèle, mieux vaut s’orienter vers les AirPods 3 d’Apple – certes plus chers (209 euros), et même, si, pour eux non plus, les basses ne sont pas à la fête, ils permettent une écoute bien plus agréable – ou vers d’autres modèles plus abordables et de meilleure qualité – voir notre guide d’achat sur les écouteurs sans fil. Signalons pour finir que les Nothing Ear (stick) ne sont – pour l’instant – disponibles que dans la boutique en ligne de Nothing, qui adopte les codes graphiques très particuliers de la marque londonienne…



Lien de l’article original

Laisser un commentaire