comment jouer sur Android et iPhone

comment jouer sur Android et iPhone


Vous voulez jouer à Pokémon sur téléphone ou sur tablette ? En plus des versions officielles et légales pour Android et iOS, il existe une solution pour retrouver le jeu original de la saga : l’émulateur. À condition de dénicher des ROM…

Pokémon est l’un des phénomènes majeurs de la pop culture de ces trente dernières années, son rayonnement mondial n’ayant rien à envier à Harry Potter, par exemple, pour prendre une saga qui a débuté quasiment la même année. La franchise se décline en de multiples versions et même sur d’innombrables supports : des jeux vidéo, bien sûr, mais également une série animée, des films, des mangas ou encore un jeu de cartes à collectionner qui s’arrachent à prix d’or, sans parler de tous les produits dérivés aux effigies de ses célèbres personnages.

Dans la sphère du jeu vidéo, la série a débutée sur GameBoy en 1996, avec les versions Pokémon Bleu et Rouge, et reste depuis intimement liée à l’histoire de Nintendo. En effet, les principaux épisodes de la saga sont tous des exclusivités des consoles du fabricant nippon et restent par conséquent réservés aux heureux possesseurs des machines de la firme. Cependant, avec l’essor des smartphones et des tablettes comme support de jeu sur mobile, la licence s’est ouverte et de nombreux titres prenant place dans l’univers de Pokémon ont été développés pour les appareils sous Android et iOS. Et comme souvent avec le jeu vidéo pour mobiles, le foisonnement des titres va de pair avec une qualité ludique très inégale.

C’est pourquoi nous vous proposons dans cet article une sélection de jeux Pokémon disponibles pour Android et iOS, qui sont selon nous suffisamment complets et suivis par leurs développeurs pour constituer des valeurs sûres. Tous les titres présentés sont téléchargeables gratuitement via le Play Store ou l’App Store. Gardez toutefois à l’esprit que ces jeux étant des free-to-play, ils sont basés sur le modèle économique des microtransactions et vous proposeront régulièrement d’effectuer des achats dans l’application, via votre compte Google ou Apple ou votre opérateur téléphonique. Si ces paiements peuvent sembler anodins pris individuellement, la facture peut rapidement grimper si l’on n’y prend pas garde, d’autant plus que la progression dans ces jeux sera souvent liée à l’acquisition d’objets rares ou d’une grande quantité de monnaie virtuelle, qu’on vous proposera alors d’obtenir instantanément via de l’argent bien réel. Restez donc vigilant face à ces techniques de monétisation et n’oubliez pas de faire un tour par les paramètres du contrôle parental si vous destinez le jeu à un enfant.

Nous vous présenterons aussi la solution de l’émulation pour accéder à des jeux Pokémon sur Android en fin d’article, en prenant soin de vous apporter quelques notions indispensables sur le cadre juridique entourant cette pratique.

Pokémon Unite

© Google Play Store

Sorti initialement sur Nintendo Switch en juillet 2021, Pokémon Unite est disponible depuis le mois de septembre 2021 sur Android et iOS. Très différent des épisodes classiques de la série, le titre n’est pas un RPG d’aventure en solo mais un MOBA, pour Multiplayer Online Battle Arena, comme League Of Legends ou Dota par exemple. Son principe est le suivant : dix joueurs s’affrontent dans une arène par équipe de cinq, à l’aide d’un Pokémon unique choisi en début de partie et qu’il contrôle en temps réel. Adieu donc les combats au tour par tour qui laissait le temps de réfléchir et de planifier ses actions, ici la dextérité et la prise de décision rapide sont de mise. La stratégie reste cependant au cœur du système de jeu et le travail d’équipe est indispensable pour sortir vainqueur des rencontres.

© Google Play Store

Chaque Pokémon dispose d’un style de jeu et de capacités uniques, qui lui confèrent un rôle particulier au sein de l’équipe et de l’affrontement, répartis principalement en cinq catégories : les attaquants sont puissants et infligent de lourds dégâts très rapidement ; les défenseurs sont résistants et ralentissent la progression des adversaires ; les rapides sont très mobiles et peuvent ainsi surprendre les adversaires ou porter secours aux coéquipiers ; les soutiens disposent de capacités spéciales pour soigner leurs alliés et infliger divers effets à leurs opposants ; les polyvalents enfin, réunissent des qualités des autres catégories et permettent d’adapter son style de jeu en fonction de la composition de son équipe et de celle des adversaires.

La clé de la victoire consiste donc à former une équipe équilibrée, composée si possible d’un représentant de chaque catégorie de Pokémon et de joueurs aguerris maîtrisant les subtilités et les mécaniques de leur créature. La coordination et le travail d’équipe sont au cœur de l’expérience de jeu proposé par Pokémon Unite, de quoi offrir de belles rencontres et de grands moments de triomphe collectif, pour peu que vous trouviez des coéquipiers bons joueurs et bienveillants.

Télécharger Pokémon Unite pour Android

Télécharger Pokémon Unite pour iOS

Pokémon Masters EX

Si vous cherchez un jeu Pokémon sur mobile proche de l’expérience des épisodes principaux, vous devriez commencer par Pokémon Masters EX. Le titre est un RPG d’aventure qui propose une véritable histoire, avec une trame narrative principale et des quêtes secondaires. Le jeu prend place à Passio, une île artificielle sur laquelle se tient un tournoi nommé le World Pokémon Masters qui, comme son nom l’indique, réuni les Maîtres Pokémon du monde entier, lesquels sont par ailleurs des personnages issus de tous les épisodes de la franchise.

Bonne nouvelle pour les fans de la saga donc, qui retrouveront avec plaisir des protagonistes cultes de la série et, mieux encore, pourront les incarnez. Car Pokémon Masters EX propose un système de jeu et de combat totalement original au sein de la série : chaque dresseur présent sur l’île ne possède qu’un seul Pokémon, avec lequel il forme un Duo, et doit composer une équipe avec deux autres dresseurs et leurs Pokémon respectifs. Les combats se déroulent en temps réel à 3 Pokémon contre 3, ce qui introduit une toute nouvelle dynamique dans les affrontements par rapport aux autres opus de la série, qui se jouent habituellement au tour par tour et à 1 contre 1. Chaque victoire vous rapportera de l’expérience, qui rendra vos Duos Dresseur-Pokémon plus fort, ainsi que des objets aux effets divers utilisables en combat et des diamants, qui constituent la monnaie interne du jeu.

Au cours de l’aventure, vous pourrez évidemment rencontrer et recruter de nouveaux Duos, composés d’un dresseur et d’un Pokémon particulier donc, et ainsi former différentes équipes en fonction des combats qui vous attendent. Attention toutefois, le jeu est un Gacha, c’est-à-dire qu’il vous incitera régulièrement à mettre la main au portefeuille afin de débloquer des Duos rares ou puissants via des microtransactions. Il est cependant parfaitement possible de profiter de l’intégralité du titre sans rien débourser, sous réserve d’être patient et de rester vigilant face aux techniques de monétisation qui sont légion dans les free-to-play. Le titre est par ailleurs parfaitement optimisé pour une utilisation tactile sur mobile et se paie même le luxe d’être très agréable visuellement, dans un style tout en cel-shading très proche de l’esthétique de la série animée Pokémon. Une valeur sûre donc pour plonger dans l’univers de la franchise lorsque vous n’avez pas de Switch ou de 3DS sous la main.

Télécharger Pokémon Masters EX pour Android

Télécharger Pokémon Masters EX pour iOS

Pokémon Go

Difficile d’être passé à côté du phénomène Pokémon Go. Sorti en 2016, le jeu a connu un succès fulgurant dès son lancement, au point même de susciter quelques polémiques chez les commentateurs autorisés, jamais avares de leçons de morale face au dernier engouement populaire en date. Pokémon Go s’appuie sur les deux technologies que sont la géolocalisation et la réalité augmentée pour proposer une expérience de jeu particulièrement immersive : pour interagir dans l’univers du jeu, le joueur doit en effet se déplacer physiquement et observer son environnement réel via la caméra de son appareil mobile, sur lequel s’affichent donc des éléments de  » réalité augmentée « , tels que des Pokémons, des magasins ou les avatars d’autres joueurs, qui sont intégrés sur les images du monde réel.

On comprend donc aisément le potentiel ludique du titre et le sentiment d’immersion procuré par le jeu, qui tord au passage le cou à l’idée reçue que le jeu vidéo serait un loisir d’adolescent solitaire enfermé dans sa chambre. Bien au contraire, le titre encourage le joueur à sortir de chez lui afin d’explorer son environnement pour dénicher et capturer les précieuses créatures. Une fois en poche, les petits monstres peuvent être utiliser en combat contre d’autres joueurs au sein d’arènes, qui sont des zones délimitées dans le monde réel, et que les joueurs doivent conquérir et conserver en équipe. Le jeu dispose bien sûre d’autres mécaniques, d’un système de commerce, d’échange de Pokémon et d’objets aux effets utiles en combat.

Depuis son lancement initial en 2016, le jeu connaît des mises à jour régulières et de nombreux enrichissements. Une génération de Pokémon est ajoutée chaque année pour étendre le bestiaire, et de nouvelles fonctionnalités font régulièrement leur apparition, telles que les bébés Pokémon, les baies d’aide à la capture ou la possibilité d’affronter des Pokémon sauvages légendaires en équipe. Des événements thématiques sont par ailleurs organisés au sein du jeu, à l’occasion des fêtes de fin d’année par exemple. Le titre bénéficie donc d’un solide suivi de la part des développeurs et continue de proposer des nouveautés cinq ans après sa sortie. On notera d’ailleurs qu’une importante mise à jour a été introduite lors de la pandémie de Covid-19 afin de faciliter le jeu à domicile et d’ainsi continuer à profiter du titre durant les confinements successifs.

Télécharger Pokémon GO pour Android

Télécharger Pokémon GO pour iOS

Émulateur Pokémon 

Bien qu’il existe une vaste offre de jeux Pokémon sur mobile, les principaux épisodes de la série sont des exclusivités aux consoles de Nintendo. Pire, beaucoup d’entre eux sont sortis sur d’anciennes machines du constructeur, qui ne sont plus ni fabriquées ni commercialisées. La politique de rétrocompatibilité des jeux chez Nintendo étant pour le moins lacunaire, certains titres sont tout simplement devenus inaccessibles à moins de dénicher d’occasion à la fois les consoles et les jeux. Si la situation pourrait évoluer dans les prochaines années, Nintendo commençant à proposer une offre de retrogaming via son service Nintendo Online sur Switch (payant), il n’existe aujourd’hui aucune façon légale de se procurer et de jouer aux épisodes Pokémon les plus anciens, notamment ceux sortis les mythiques GameBoy et GameBoy Advance.

Cependant, des développeurs indépendants ont depuis longtemps mis au point des solutions permettant à tout un chacun de découvrir et de profiter de ces œuvres qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo : les émulateurs. De façon générale, un émulateur est un logiciel simulant le fonctionnement d’une machine physique, souvent plus ancienne et moins puissante, et permettant d’exécuter un code informatique que les ordinateurs d’aujourd’hui ne sont plus capable d’interpréter directement, pour des raisons non pas de puissance de calcul mais d’architecture logique. Le principe de l’émulation en lui-même est parfaitement légal, sous réserve de respecter quelques restrictions (ne pas utiliser le code source d’origine, le nom de la console ou du fabricant, etc.) et vous trouverez très facilement des applications dédiées à cette tâche sur le Play Store, par exemple John GBAC pour la GameBoy, la GameBoy Color et la GameBoy Advance, et DraStic DS Emulator pour la Nintendo DS.  

Télécharger John GBAC pour Android

Télécharger DraStic DS Emulator pour Android

Dans le monde iOS, trouver un émulateur de console pour iPhone ou iPad est plus difficile dans la mesure où Apple surveille de très près tout ce qui est proposé sur l’App Store, en éliminant tout ce qui peut porter atteinte à la propriété intellectuelle. Les rares applications d’émulation en circulation, comme Eclipse, GBA4iOS ou GBA Emu, sont donc à chercher ailleurs, et leur installation est plus délicate.  

Du côté des jeux, les choses se compliquent nettement. Dans le monde de l’émulation, on désigne plus couramment le code informatique qui compose les jeux sous le nom de ROM, en référence à la technologie de mémoire utilisée dans les cartouches d’origine pour les consoles. Ces fichiers – de quelques méga-octets en général – sont indispensables pour profiter des titres sur un émulateur, mais leur partage est totalement illégal, les éditeurs restant entièrement propriétaires du code des jeux, quand bien même ceux-ci ne seraient plus commercialisés. Contrairement à une croyance largement répandue, et savamment entretenue par les sites de téléchargement spécialisés dans les débuts de l’ère d’Internet, il ne suffit pas de posséder (ou d’avoir possédé) un exemplaire d’un jeu pour avoir le droit d’en télécharger une ROM. Dans ce cas de figure, la récupération du fichier s’effectuant via une source publique et un tiers, elle ne rentre pas dans le cadre du droit à la copie privée. La seule façon légale de jouer à un jeu via un émulateur est de réaliser soi-même une copie de la ROM à partir de son support d’origine, comme une cartouche ou un CD. Vous voilà donc prévenu si vous souhaitez vous lancer dans l’entreprise de récupérer des ROM afin de joueur à Pokémon sur Android via un émulateur.

Cela dit, et comme souvent quand il s’agit de contenus piratés, il est très simple de trouver des ROM gratuites sur le Net. Iil suffit de taper quelques mots clés bien choisis dans un moteur de recherche pour dénicher des sites proposant gratuitement des ROM de Pokémon pour d’autres jeux. À titre d’exemple, voici ce que l’on obtient en cherchant « rom gba » (GBA pour GameBoy Advance) dans Google.

Et il en va de même avec d’autres mots clés. On trouve ainsi très facilement des dizaines de sites – y compris en français – permettant de télécharger toutes sortes de ROM de jeux, dans tous les styles, et pour toutes les consoles. Preuve que si la pratique est officiellement illégale, elle reste très répandue et que les fameuses ROM « interdites » sont à la portée de n’importe qui…



Lien de l’article original

Laisser un commentaire