Cdiscount, l’éternel numéro deux de l’e-commerce en France

Cdiscount, l’éternel numéro deux de l’e-commerce en France


Eternel challenger d’Amazon en France, Cdiscount a décidé de prendre un chemin de traverse pour actteindre une nouvelle dimension. La filiale de Casino, qui plafonne à 8 % du marché du commerce en ligne, contre 22 % pour le géant américain, se lance dans une activité de… vendeur de vendeurs sur Internet.

Avec ses 13 000 commerçants extérieurs qui vendent aujourd’hui leurs produits sur son site Internet, sa place de marché a fait un bond en avant en 2020. Elle représente désormais 43,6 % de son volume d’affaires contre 38,2 % un an plus tôt, selon les résultats publiés jeudi 18 février. En 2020, le chiffre d’affaires de Cdiscount a progressé de 1,4 %, à 2,2 milliards d’euros. Ses pertes, toujours engendrées par des investissements technologiques importants, ont été réduites à 15,7 millions d’euros (contre 61,6 millions en 2019).

Lire aussi Un cadre de Cdiscount suspecté d’avoir dérobé les données de 33 millions de clients

En termes de rentabilité, la place de marché est le Graal de tout grand site d’e-commerce. Les stocks ne pèsent pas sur la trésorerie, puisqu’ils appartiennent aux vendeurs, et l’activité génère des commissions sur les ventes et des recettes en achat de mots-clés pour que les produits soient mis en avant. « Plus il y a de clients, plus les vendeurs se précipitent, et plus il y a de vendeurs, plus il y a de clients. Une fois que la boule de neige est lancée, c’est très positif », explique un acteur du secteur.

Une commission comprise entre 12 % et 13 %

A chaque produit vendu, Cdiscount prélève une commission comprise entre 12 % et 13 %. Et quand les commerçants extérieurs lui achètent sa solution de livraison en entreposant leurs produits dans ses 500 000 m2 de sites logistiques (un tiers de la place de marché), le site uniformise le service rendu. « Une place de marché devient puissante lorsqu’elle est capable de livrer vite au client », explique Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount.

Les questions sanitaires et la fermeture des magasins ont renforcé l’attrait des ménages pour le commerce en ligne. Et lui ont permis de dépasser, pour la première fois, la barre des 10 millions de clients au cours de l’année (+ 12 %), tout en augmentant de 15 % le nombre de ses vendeurs. Le site a aussi étoffé son offre de produits en courtisant, comme d’autres plates-formes, une nouvelle base de petits commerçants à la recherche d’une solution numérique, auxquels il a offert, jusqu’en juin, la gratuité de ses services pendant les six premiers mois.

Il vous reste 20.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lien de l’article original

Laisser un commentaire