A New York, dans l’Upper East Side, le commerce se meurt… en faveur du e-commerce

A New York, dans l’Upper East Side, le commerce se meurt… en faveur du e-commerce


Après avoir navigué sur Amazon, on déniche un lecteur CD à acheter, mais le délai de livraison est de quatre jours. Trop long, dans le monde connecté. Direction donc Best Buy, sur la 86e Rue de Manhattan, dans l’Upper East Side, pour faire ses emplettes. Le magasin de la chaîne de distribution bon marché a des airs d’entrepôt mal achalandé, de nombreux commerçants sont là pour ne vendre quasi rien. Un malheureux lecteur CD est en rayon, qui ne correspond en rien à nos souhaits. Retour sur Amazon.

Au bout d’un an de pandémie de Covid-19, New York revit, mais autrement. Confusément, chacun remarque que les choses ont changé. La vie dans ce quartier résidentiel est plus avenante, avec des terrasses couvertes ayant conquis une voie sur les immenses avenues, qui donnent à Manhattan un air européen. La qualité des menus s’améliore.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déconfinés, les Français ne se ruent pas dans les boutiques

Les habitants ont pris l’habitude de sortir dans leur quartier à pied au lieu de descendre dans la ville, au-delà des quartiers d’affaire encore vides. Mais, derrière cette vie gastronomique retrouvée, le désert commercial se profile, en particulier aux abords des stations de métro, privées de voyageurs pendant plus d’un an. La librairie Barnes & Noble a définitivement fermé ses portes. « Trop grand et trop coûteux », avait fait savoir le propriétaire. Mal agencée, surtout, cette librairie où le client errait sans trouver de quoi attiser sa curiosité. De nouveau, retour sur Amazon, qui livre dès le lendemain.

La liste des commerces fermés est sans fin

On pourrait ajouter le cinéma, qui avait fermé ses portes avant la pandémie et ne rouvrira pas non plus : les locaux sont en travaux. Mais aussi les magasins d’habillement, de moins en moins nombreux. La chaîne H&M a adapté ses horaires pour la pandémie, mais rassure le passant avec un bel écriteau devant sa porte : « N’oubliez pas : H&M. com est ouvert vingtquatre heures sur vingtquatre. »

La déambulation autour de la 86e Rue n’est qu’une succession de désillusions : cherchant à fermer une ligne téléphonique chez T-Mobile, en route pour le magasin où l’on avait souscrit l’abonnement. La boutique a déménagé en face, dans des locaux plus spacieux. On se réjouit d’avance du service personnalisé qui s’annonce, quand le vendeur explique très aimablement que la prestation demandée s’effectue… uniquement par téléphone.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux Etats-Unis, la réouverture de l’économie entraîne une forte hausse des prix en avril

Pendant la pandémie, la bascule numérique de New York s’est accélérée, y compris dans les magasins ayant survécu. Au supermarché Fairway, le client est invité à scanner ses produits au fil de ses achats avec une application pour smartphone et à passer lui-même à la caisse. Sinon, c’est une interminable attente dans la file des anciennes caisses traditionnelles. Il en va de même chez le pharmacien CVS.

Il vous reste 49.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lien de l’article original

Laisser un commentaire